retour-voyage-tour-du-monde

Notre retour de Tour du Monde

C’est après une journée de travail dans mon nouveau job, confortablement installé dans le canapé de notre nouvel appartement que je vous livre notre ressenti sur notre retour de Tour du Monde. Près de quatre mois se sont déjà écoulés depuis la fin de cette incroyable aventure, l’occasion de faire point et de vous partager cette partie méconnue du voyage…

Lorsque vous préparez un tour du monde, on vous parle déjà forcément du retour en vous disant qu’il risque d’être difficile. Nous avions lu quelques articles de blog à ce sujet sans pour autant s’y attarder. Dans notre envie de prendre le temps de vivre l’instant présent, de vivre chaque jour, c’était déjà une réponse que de se dire que nous verrions cela au moment voulu.

Depuis, il s’en est passé des choses… Après 11 mois et demi d’un voyage autour du monde qui nous a changé à jamais, nous sommes de retour en France, à Lille.
Nous reviendrons ultérieurement sur le bilan de notre tour du monde, sur tout ce que ce voyage nous à apporter. Aujourd’hui, nous avions envie de vous partager notre ressenti sur ce retour et sur sa complexité. Chaque jour nous prenons un peu plus conscience du chemin que nous avons parcouru personnellement dans notre vision de la vie après cette aventure extraordinaire.
Les difficultés que nous rencontrons et ce décalage ressenti nous montrent avec certitude à quel point nous avons profondément évolué. Nous vous racontons ici les détails de cette autre partie du voyage, bien moins exotique, bien moins connue mais pourtant bien réelle.

retour-voyage-tour-du-monde-difficultes


Le premier jour du reste de notre vie…

Tout a commencé par cette dernière matinée sur la plage d’Ipanema à Rio au Brésil, quelques heures avant notre dernier vol. Nous sommes alors envahis d’un sentiment étrange, difficilement qualifiable… Bien que nous sommes allés au bout de notre projet de Tour du Monde, que nous avons nous même souhaité anticiper notre retour de 15 jours et que nous avons attendu ce retour à plusieurs reprises au cours de ces derniers mois, nous sommes un peu « tristes » et nostalgiques à l’idée de voir cette aventure se terminer. Même si nous pensons très vite aux retrouvailles surprises avec nos familles et amis (nous sommes rentrés sans prévenir personne !) qui promettent d’être magiques, et aux autres projets qui se dessinent pour nous dans un futur proche, forcés de constater que nous réalisons à ce moment là que cette aventure unique et incommensurable est sur le point de se terminer… Les regards ne trompent pas, ni même cette boule au ventre qui s’installe au creux de notre estomac. C’est tout le paradoxe de ce retour en France, chez nous, une destination qui nous parait être à ce moment là bien plus inconnue que toute autre destination du monde entier.

Entre euphorie et incompréhension

Quelques heures plus tard, nous y sommes…Paris puis Lille ! Les premiers jours seront finalement assez euphorisants. Nous faisons les surprises à nos parents, amis, proches qui accueillent notre retour avec beaucoup de joie, d’amour et d’amitié. Il y a aussi notre corps (et plus particulièrement notre dos) qui est ravi de se délaisser du poids du sac à dos et de retrouver un vrai lit confortable. Les papilles aussi sont à la fête en redécouvrant des saveurs de la gastronomie française (et ch’tit) oubliées. Je n’oublis pas non plus le plaisir de retrouver une salle de bain avec une douche bien chaude, des wc séparés (sans poubelle dans laquelle mettre son papier usagé…), le tout avec la plus grande propreté. Enfin, nous redécouvrons Lille comme de vrais touristes, avec un autre regard, certainement celui du voyageur émerveillé. Toutes les architectures nous semblent encore plus belles que dans nos souvenirs. Sans oublier qu’il est plutôt agréable de pouvoir se balader en centre ville sans avoir des centaines de câbles électriques qui pendent au dessus de nos têtes ;)

Malgré tout, il y a quand même dès les premières minutes cet étrange sentiment qui nous habite. Les mêmes routes, les mêmes commerces, les mêmes repères que ceux qui ont bercés notre enfance, bref on réalise que rien n’a changé… Comment est-ce possible ?! C’est normal me direz-vous. Oui mais non, et c’est alors un drôle de malaise qui s’empare de nous, parce que tout d’un coup c’est comme si nous n’étions jamais partis. Pourtant nous avons traversé et visité 13 pays du Monde ! Je crois que nous avons fait, vu tellement de choses, nous nous sommes tellement enrichis que nous ne comprenons pas que rien n’est vraiment évolué pendant cette année qui nous a semblé longue et intense.

A ce moment là, nous commençons déjà à réaliser que nous allons devoir rechanger notre mode de vie de nomade pour celui de sédentaire avec tout ce que cela implique. J’y ai vu déjà là une certaine appréhension pour ne pas dire peur… Comment rythmer notre quotidien qui se nourrissait chaque jour de nouvelles découvertes et d’émerveillements ?! Comment ne pas retomber dans cette routine ? Celle qui donne le sentiment à notre entourage que l’année est passée super vite et qui fait que l’on ne retient que quelques événements pour résumer l’année écoulée.

retour-voyage-tour-du-monde-changement

Quand personne ne comprends ce qui se passe dans votre tête

Je vous disais que nous avions l’impression que rien n’avait changé. En fait, après presque un an de voyage, tout a changé ! Nous ne nous rendions pas compte à quel point ce voyage pourrait changer notre façon de voir le monde et faire évoluer notre façon de penser. Nous percevons les gens différemment, nos centres d’intérêt et objectifs de vie sont aussi différents. D’ailleurs, rappelez-vous du bilan que nous faisons après nos 6 premiers mois de tour du monde : 6 mois de voyage qui changent (déjà) une vie.

Cette sensation de changement, de décalage et d’évolution dans notre tête est bien réelle. On la ressent à chaque instant. Mais comment l’expliquer aux autres ? Peuvent-ils comprendre ce que nous avons nous-mêmes du mal à assimiler ?

Je pense que comme tous voyageurs, nous avons souvent eu du mal à partager ce qu’on a vécu et à exprimer clairement en quoi nous avions changé. Beaucoup nous ont demandé comment c’était ? Quel était le pays que nous avions préféré ?
Trop de choses incroyables, d’expériences, de rencontres nous viennent à l’esprit et se mélangent. Impossible de résumer ce voyage en cinq minutes ni en une heure, impossible même de poser des mots sur le ressenti global de cette aventure. Un large sourire, c’est la seule chose qui apparaît immédiatement sur nos visages en repensant au bonheur procuré par cette année écoulée.

Seuls les échanges avec de rares personnes ayant eux aussi connus un voyage comme le notre (ou une expatriation) nous auront réellement permis de trouver une écoute et un certain réconfort. Parce qu’ils comprennent ce que nous avons vécu et ce que nous vivons actuellement avec ce retour.

retour-voyage-tour-du-monde-personne-comprend


Et B.A.M. !!

Comme le bruit de cette énorme claque prise en pleine figure lorsque nous nous sommes retrouvés confronter aux mentalités négatives et râleuses des français. Après une année à côtoyer en permanence des populations positives et souriantes, c’est l’incompréhension voire même une réaction allergique qui s’est déclarée en nous et qui nous a donné immédiatement des envies de fuir ! Je ne vous parle même pas de mes premières courses dans un supermarché où j’ai bien cru faire un malaise. Il y avait trop de monde, trop de personnes pressées et stressées, trop de choix dans les rayons… Car contrairement à ce que nous pouvions imaginer et évoquer lors des derniers mois du voyage, il n’y a pas vraiment eu l’excitation que l’on attendait devant l’abondance du choix qui s’offrait à nous après 12 mois de voyage et de privation. Pas de larmes devant le rayon biscuits, pas de joie sur-dimensionnée lorsque nous avons retrouvé nos affaires stockées chez nos amis. Cela a presque été le contraire, trop de vêtements, trop de vaisselles…. A se demander si nous avions vraiment fait un tri avant de partir et à quoi cela servait d’en avoir autant ?!

Très vite, nous comprenons qu’il y a désormais un décalage plus ou moins énorme qui s’est créé entre nous, certaines personnes de notre entourage, la France, la société de consommation et tout cet environnement que l’on connaissait avant de partir.

Ce n’est pas simplement un mal de retour au pays ou une déprime post-voyage. Cette sensation d’égarement, je pense que chaque voyageur l’a ressenti au moins une fois au retour de son premier grand voyage. On a beau se sentir plus fort et plus ouvert, on a beau avoir eu énormément de réponses sur nous-même, obtenu une meilleure vision du monde, les premières semaines du retour nous donnent le sentiment d’être perdu, paumé sur ce qu’on doit faire, pas faire, avoir, ne plus avoir…

Le temps passe et les mauvaises habitudes nous rattrapent

Les premières semaines, le premier mois, nous étions comme habité par le voyage. Il y avait en nous une sorte de bulle énergétique de positif impossible à percer ou à fissurer. Rien ne pouvait entamer notre état d’esprit, notre zenitude, ou notre positif. Une sorte d’aura qui nous a notamment permis de retrouver rapidement un petit appartement auprès d’un propriétaire qui nous a fait confiance malgré l’absence initiale de contrat de travail (même si nous avions des cautions). Je suis convaincu aussi que notre état d’esprit nous a aidé tous les deux à retrouver un nouveau job. Ou plus exactement LES jobs que nous voulions vraiment suite aux réflexions qui sont nées pendant le voyage.

Et puis, les semaines passent et on se rend compte qu’on se fait quand même rattraper indirectement (et contre notre volonté), par la société qui nous entoure et que l’on côtoie tous les jours.
Nous voilà de nouveaux en train de râler pour des petites choses sans importance, nous redécouvrons aussi le goût amer de ce sentiment que l’on appelle stress, nous commençons à redevenir un peu plus speed… Mais pourquoi ? Comment cela peut-il arrivé, nous qui nous étions promis de ne pas retomber dans ces travers ?
Même si je suis convaincu que nous n’y sommes pas complètement retombés, forcé de constater que nous n’y avons pas non plus échappé. Ceci étant, on peut se poser la question, le peut-on réellement ?

Qu’on se le dise, nous ne serons plus jamais comme avant mais nous ne pouvons pas être 100% hermétique à notre environnement, à cette société de consommation, de stress qui nous entoure et qui finit indéniablement par déteindre sur nous.
L’important, je dirais que c’est d’en avoir conscience et de ne pas oublier l’ADN et la richesse de notre Tour du Monde, cette marmite d’émotions, de rencontres, de souvenirs qui nous feront voyager à jamais.

La vie reprend, mais pas comme avant…

Aujourd’hui, nous avons repris un quotidien rythmé principalement par notre travail. Les choix que nous avons fait nous permettent de ne pas retomber dans certains travers et de nous garantir l’équilibre recherché entre vies professionnelles et personnelles. Cela nous permet d’avoir du temps pour nous, pour nos activités et pour nos proches.

retour-voyage-tour-du-monde-rester-exister-voyager-vivreNous avons aussi entamé plusieurs résolutions, dont notamment de manger plus sainement (bio, producteurs locaux) et de prendre réellement le temps de cuisiner (on adore ça !)
Nous avons aussi commencé à disposer les quelques souvenirs du voyage dans notre appartement et nous prenons plaisir chaque matin à choisir l’un des 12 mugs rapportés de chacun des pays, pour prendre notre thé. Une façon de poursuivre le voyage et de nous rappeler les bons moments et d’alimenter notre nouvelle vision de la vie.
Nous pensons aussi déjà aux futures voyages dans la limite de nos possibilités financières et salariales. Dans une semaine nous partons 3 jours à la découverte de Copenhague au Danemark et nous projetons de partir une semaine en Grèce cet été profitant du mariage d’un couple d’amis pour visiter quelques endroits dans le pays. De petits projets qui aideront sans aucun doute à combler nos envies d’exploration.

Pour terminer, je dirais que ce retour a été aussi violent que révélateur. Nous savions que nous avions évolué dans notre manière de penser et de voir le monde, mais nous ne savions pas jusqu’à quel point avant de vivre ce retour. Je sais maintenant que ce Tour du Monde nous a donné une force intérieure inimaginable, une confiance en nous, une capacité à réussir dans l’inconnue et à obtenir ce que l’on veut si on y croit vraiment, un incroyable recul sur la vie, un plaisir à se satisfaire de ce que l’on a et à vivre l’instant présent.

Aujourd’hui nous pouvons dire que partir en Tour du Monde a été le meilleur choix de notre vie et que ce voyage nous a fait avancer et évoluer comme nulle autre chose auparavant.


Nous profitons de ce début d’année pour vous remercier d’être toujours plus nombreux à nous lire et pour vous souhaiter une bonne année 2017 remplie d’amour, de voyage, de rencontres, de partage et de positif. Une pensée particulière à toutes celles et ceux qui nous lisent et qui sont en Tour du Monde ou projettent de partir en 2017, profitez et savourez de chacun des merveilleux moments que vous vivez quotidiennement.

Julien

  10Commentaires

  1. Jean-Luc   •  

    « Je sais maintenant que ce Tour du Monde nous a donné une force intérieure inimaginable, une confiance en nous, une capacité à réussir dans l’inconnue et à obtenir ce que l’on veut si on y croit vraiment, un incroyable recul sur la vie, un plaisir à se satisfaire de ce que l’on a et à vivre l’instant présent. »

    Tout est dit. Vous avez tout compris !
    « Prendre du recul sur la vie, se satisfaire de ce que l’on a et à vivre l’instant présent. » Y a-t-il un vœu plus merveilleux à formuler en ce début d’année ? En tout cas, c’est celui que je formule ! Bises à vous deux.

  2. Mehdi   •  

    merci de prendre le temps pour nous partager votre ressenti ! c’est chouette de vous lire ! Et bravo pour ce joli projet qui donne clairement envie de voir la vie différemment.

    biz les potos ;-)

  3. mcmeresse   •  

    Merci pour ce tres bel article, qui nous permet de mieux comprendre le retour, le ressenti..
    Ce blog est génial !
    Je vous souhaite une très belle année 2017!
    Bisous les aventuriers.

  4. Fabien   •  

    Joli texte, je crois que j’aurais pu écrire le même il y a 5 ans… le temps n’efface pas cette incompréhension face au Français qui râle et au supermarché qui degueule…
    Restez positifs, vous verrez, vos réflexes de voyageurs reviendront dès que vous vous retrouverez dans une ville où on ne parle pas français, même en Flandres, même 2 jours…

  5. Louise   •  

    De retour depuis quelques semaines d’un tour du monde, je viens de trouver à travers cet article les mots exacts définissant ma pensée actuelle, mon malaise du retour, ce sentiment très dérangeant de ne pas être à ma place finalement…
    Que de merveilles et d’enrichissements durant notre périple! Un jardin a fleuri en moi et ça jamais personne ne pourra me l’enlever. A moi de continuer à le cultiver malgré cette négativité française de tous les jours ;-)
    Merci pour cet article qui me fait du bien, je me sens moins seule!

  6. Stephanie   •  

    Comme je comprends cette violence ! C’est fou, il y a autant d’expériences que de voyageurs, mais elles se rejoignent souvent !

  7. Aurélie   •  

    Bonjour !

    Je découvre votre blog via la petite dédicace de Novomonde ;-) Le retour de TDM est un sujet sur lequel j’ai pas mal réfléchi et écrit moi aussi, du coup je ne pouvais pas ne pas venir lire vos impressions, même si je n’ai pas suivi votre TDM. Merci pour le partage de vos ressentis. Je trouve notamment très juste le passage où vous décrivez ce premier mois euphorique, hyper positif, et puis après les travers du quotidien dans lesquels on retombe insidieusement, même si l’on s’était juré que cela n’arriverait pas… Le stress, les horaires à rallonge, les râleries… La différence,c ‘est qu’on en a plus conscience, du coup on peut lutter contre !

    Le retour d’un voyage au long cours est loin d’être évident, et pour être passée par là le seul conseil que je pourrais vous donner c’est de continuer à faire des projets… Des projets de WE, de petites vacances comme vous faites, des projets personnels, de couple… Et puis n’oubliez pas que repartir, ce n’est finalement pas si compliqué que cela. Deuxième TDM, expat, télétravail… beaucoup de choses sont possibles. Je vous souhaite dans tous les cas une très belle année 2017 !

  8. Enallersimple   •  

    Salut à vous 2,
    Un petit message pour vous féliciter de cet article personnel qui retranscrit bien ce que vous avez ressenti.
    Après plus de 2 ans de voyage, nous sommes rentrés il y a 2 semaines et nous avons un ressenti identique sur la plupart des sujets. Cela m’a fait sourire.
    Bien le bonjour à Lille !

    Nolwenn & Manu, fraîchement rentrés au pays de leur voyage « en aller simple »

  9. Toto   •  

    Joli texte, qui résume bien ce que beaucoup de monde ressent lors du retour d’un (premier) long séjour à l’étranger. Le temps atténuera cette sensation de nostalgie/déprime, le meilleur moyen reste d’avoir des projets, petits ou grands, et d’aller de l’avant. Le pire étant de rester scotché sur cette expérience et croire qu’il n’y aura jamais rien de mieux, ce qui totalement faux !!

  10. Aurore   •  

    Super article! Je suis tombé un peu par hasard dessus et ca me prépare un peu plus au retour qui nous attend !
    Nous sommes à mi-chemin de notre tour du monde et nous nous interrogeons déjà beaucoup sur la suite …
    Venant nous aussi de Lille, ca me ferait plaisir d’aller boire un verre avec vous à notre retour (dans 6mois) … histoire d’échanger un peu plus ! ;)
    Bonne route et bonne année 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>