Le Cambodge est le 4ème pays de notre tour du monde. Difficile pour autant de dire que nous le visitons réellement puisque nous n’y resterons au total qu’une dizaine de jours. Notre objectif étant de rejoindre la Thaïlande, nous ne ferons que traverser le Cambodge en nous arrêtant quelques jours à Phnom Penh sa capitale, et surtout à Siem Reap pour y visiter les temples d’Angkor Vat.

Passage de la frontière et visa pour le Cambodge

Pour rejoindre le Cambodge depuis le Vietnam (Hô Chi Minh Ville), nous avons pris un bus direct via la compagnie vietnamienne TheSinhTourist. À notre départ du Vietnam, nous n’avions pas notre visa pour le Cambodge puisque nous étions persuadés jusqu’à quelques jours avant notre départ du Vietnam, que nous pourrions faire un visa ACMECS commun avec la Thaïlande.
Pas un problème en soi puisque nous avions lu qu’il était possible de faire le visa pour le Cambodge (pour 30 jours) directement à la frontière pour 30$. Nous avions lu aussi sur le blog voyage Chronomundi que bien souvent les compagnies de bus préféraient s’en occuper eux même pour accélérer le passage de la frontière monnayant 5$ de commission. A la lecture de l’expérience de Marjorie et Bastien de Chronomundi, nous avons préféré opter pour les 35$.
Comme prévu le passage s’est effectué sans encombre, un check pour valider notre sortie du Vietnam et un passage express pour enregistrer notre arrivée au Cambodge.
Formalités administratives effectuées, nous prenons la direction de Phnom Penh malgré quelques kilomètres de ralentissements après la frontière liés à des sorties d’usines de production. L’occasion de constater une triste réalité, celle de camions où femmes, hommes et enfants partent travailler à l’usine, en étant entassés debout à l’arrière des camions en plein soleil et par une chaleur étouffante. À l’inverse, la suite de la route nous permet aussi d’entrevoir la beauté des temples Khmers qui annoncent de belles visites en perspectives.
phnom-penh-cambodge-capitale-camion-usine

Arrivée à Phnom Penh et visa pour la Thaïlande

À notre arrivée à Phnom Penh, quelle surprise de constater une ville aussi moderne et « riche », très loin de l’image que nous nous étions fait du Cambodge. Il y a par exemple un nombre impressionnant de gros 4×4 qui sillonnent les rues !
Après nous être adonnés à la traditionnelle recherche d’hôtels dans le quartier touristique de Phnom Penh, nous constatons d’une part que la monnaie locale (le Riel ; lors de notre passage 1$ = 4040 Riels) est peu utilisée et que c’est le dollar qui est défini comme monnaie principale, et d’autre part que le coût de la vie va être élevé contrairement à ce que nous avions budgété.
Le lendemain matin (vendredi), nous prenons la direction de l’ambassade de Thaïlande afin de faire faire nos visas 60 jours. Nous y apprenons qu’il nous faudra attendre jusque mardi après-midi pour les récupérer. Nous ne pensions pas initialement rester aussi longtemps à Phnom Penh, mais nous n’avons pas le choix et la ville semble avoir de jolies choses à nous montrer. On va donc en profiter ! D’autant que Phnom Penh est une capitale à taille humaine puisqu’elle ne compte que 1,5 millions d’habitants.

Un peu d’histoire sur les Khmers Rouges :

Les Khmers Rouges ont pris le pouvoir au terme de plusieurs années de guerre civile, établissant le régime politique connu sous le nom de Kampuchéa démocratique : mouvement politique et militaire communiste radical. Entre 1975 et 1979, période durant laquelle ils dirigèrent le Cambodge, leur organisation a mis en place une dictature d’une extrême violence chargée de créer une société communiste sans classe, ni religion ni influence occidentale.
Pour atteindre leurs buts, les Khmers Rouges sont à l’origine de la mort de 1,7 millions de cambodgiens (soit environ 20% de la population à cette époque) qui furent tués après avoir été détenus et torturés dans des camps de concentrations.

Nos visites et lieux incontournables sur Phnom Penh

La Place de l’Indépendance – Le monument en hommage à l’amitié Cambodge-Vietnam

Difficile de passer à côté de l’immense boulevard Sinahouk qui traverse la ville d’Est en Ouest et son Independance Monument ainsi que la statue du Roi Sinahouk, l’homme qui renversa le régime des Khmers Rouges avec l’aide du Vietnam. Au bout du jardin, on trouve également le monument en hommage à l’amitié entre le Cambodge et le Vietnam.
phnom-penh-indepandance-monument-vietnam-cambodge

Le Palais Royal

Le palais a été inauguré en 1870 par le Roi Norodom Ier. L’ensemble des bâtiments sont d’architecture traditionnelle Khmère, et son entourés de jolis jardins où il est agréable de se promener.
La Pagode d’Argent et la salle du trône sont les pavillons du Palais Royal à ne pas manquer. Avec son Bouddha d’émeraude et ses milliers de dalles en argent en guise de sol, la Pagode d’Argent est un vrai joyau.
A noter que l’entrée vous coûtera 6,5$ par personne (un peu excessif à notre goût) et qu’une tenue correcte est exigée (pas de short, pas de décolleté, pas de vêtement sans manches).
phnom-penh-palais-royal
phnom-penh-palais-royal-pagode-argent

Le Quai Sisowath

Au bord du fleuve Tonlé Sap (qui rejoint le Mékong un peu plus bas), en plein coeur de la capitale à proximité du Palais Royal, se trouve le quai Sisowath. Orné des drapeaux du monde entier, c’est un endroit extrêmement agréable pour les balades grâce au petit vent frais apporté par le fleuve.
phnom-penh-quai-sisowath

Le Musée Tuol Sleng : l’ancienne prison S21
Ancien collège transformé en prison et camp de torture par les Khmers Rouges entre 1975 et 1979. Le site a été depuis préservé tel quel (les salles, le mobilier, les fils barbelés, tout est encore là…) et est aujourd’hui un musée en mémoire de cet abominable génocide. Plus de 20 000 personnes y ont été enfermées, torturées et tuées sans distinction. En priorité les intellectuels tout en sachant que le port de lunettes suffisait à être considéré comme tel… Lors de la libération de Phnom Penh par les Vietnamiens, uniquement 7 survivants seront retrouvés dont Chum Mey que nous avons rencontré sur place. Il doit sa survie à sa capacité à réparer les machines à écrire qui servaient aux Khmers Rouges pour enregistrer les détenus à leurs arrivées.
phnom-penh-toul-sleng-genocide-musee
phnom-penh-toul-sleng-genocide-musee-2

Le Marché central de Phnom Penh
Construit par un architecte français et restauré en 2011 grâce à un don de la France, il est un lieu très joli à voir et où on y trouve tout type de produits, notamment des bijoux.
phnom-penh-central-market

Outres ces sites que nous avons visités, il est également possible de visiter le Russian Market, le musée National du Cambodge et beaucoup d’autres temples dédiés à Bouddha.
Vous l’aurez compris, Phnom Penh est une capitale avec de belles richesses qui méritent d’être vues !

Un petit tour à la découverte des prestigieux temples d’Angkor Vat, ça vous dit ? Ca tombe bien, nos visas récupérés nous partons pour Siem Reap. Mais avant ça, il faudra prendre le bus… (évidemment !)

On retiendra de Phnom Penh :

– La beauté des temples Khmers
– L’obtention de notre visa 60 jours pour la Thaïlande
– Le coût de la vie sur place, bien plus élevé que ce que nous avions envisagé (probablement bien différent du coût de la vie dans les régions reculées)
– Notre rencontre avec Chum Mey (un des seuls survivants de ce camp de torture), au musée de Tuol Sleng.
– Le BBQ gratuit et délicieux au Fatman restaurant.

Infos pratiques :

– Pour les détails des formalités du visa 60 jours pour la Thaïlande, on vous invite à aller voir notre article détaillé : Faire son visa Thaïlande
– L’entrée au musée du génocide coûte 4$ par personne sans audio guide, 8$ avec.
– Pour la visite du palais royal, l’entrée coûte 50 000 riels (13$). Pour les femmes, attention il est interdit d’avoir les épaules découvertes et obligatoire de porter un pantalon. Pour les hommes, seuls les shorts en dessous des genoux (et les pantalons) sont autorisés.
– Les rues de Phnom Penh sont toutes perpendiculaires entre elles et sont numérotés comme à New-York ;) Facile pour vous repérer.
– Ne vous embêter pas à retirer des riels, le dollar est largement plus répandu et vous évitera des conversions parfois hasardeuses.

Author

Ecrire un commentaire